fbpx

Chapitre 8

Dans son repaire, Pangerona fait les cent pas :

— Krarir, explique-moi, je ne comprends pas. Toi qui vois tout, dis-moi pourquoi je n’en viens pas à bout !

— Maîtresse, je ne peux que vous faire part de mes visions. Pour le reste, j’écoute mon intuition qui me dit de cesser de s’acharner. Les pouvoirs de la fille si elle en a, sont trop liés à sa personnalité qui n’est que bonté, loyauté, générosité, humilité, … enfin tout votre opposé, sans vouloir vous offenser ! Si vous peinez à vous approprier ses pouvoirs, c’est   parce qu’ils sont trop incompatibles avec votre personnalité… C’est aussi impossible que le feu qui tenterait d’absorber l’eau !

La sorcière reste un moment silencieuse. Soudain, son regard s’illumine :

— Oui….oui, voilà ! Quelle idée délicieuse ! Nous allons bien nous amuser !

— Ah, vraiment ?…. Je suis heureux que vous le preniez aussi bien !

— Et comment ! Je ne vais rien changer ! C’est elle, qui va changer ! Pour rendre ses pouvoirs compatibles avec les miens, tout ce que j’ai à faire, c’est changer son caractère pour qu’il ressemble au mien. Lorsqu’elle aura ma personnalité, ses pouvoirs seront à ma portée. Si sa puissance se nourrit vraiment de sa joie de vivre et de son innocence, il faut que je les détruise en gâchant son enfance. Et alors, plus de petite fille sage ! Je vais faire d’elle une bête sauvage ! Pour cela rien de tel qu’un traitement inhumain. Nous commençons dès demain !

Le lendemain, Halvornus se voit donc confier une nouvelle mission : cracher de la fumée autour de la maison, afin d’empêcher les rayons du soleil de l’illuminer.

De son côté, la sorcière s’amuse à interrompre le sommeil de la fillette par de réguliers coups de tonnerre dans le ciel. Elle a également pris soin d’augmenter les privations de Callisfea, en eau et en alimentation, tout cela pendant plusieurs journées.

  —  La petite sera bientôt rongée par l’amertume et la colère, jubile la sorcière, en caressant son rapace. Bientôt, nous lui porterons le coup de grâce !